Pas d’envoi de faux CV par l’inspection wallonne

Ce 25 avril, le Parlement wallon a rejeté la proposition de décret voulant permettre des « contrôles mystère » de l’inspection wallonne auprès des employeurs. L’UCM, qui avait été entendue sur le sujet, salue ce résultat : le bon sens l’a emporté ! 

La volonté du projet déposé par certains parlementaires wallons était, comme à Bruxelles depuis le 1er janvier 2018, et au Fédéral depuis ce 1er avril 2018, de lutter contre les discriminations à l’embauche par l’envoi de faux CV ou la passation d’appels sous une fausse identité. L’objectif est de contrôler, à leur insu, les réponses et réactions des employeurs (et de leurs salariés).

Les entreprises belges sont les seules entreprises d’Europe a devoir faire face à de tels contrôles insidieux.

L’UCM ne soutient pas cette approche et le fait savoir depuis plusieurs mois. Elle s’inquiète de la promotion de telles pratiques. Elle a d’ailleurs été présenter ses arguments au sein des Parlements bruxellois et wallon dans ce sens : le dangereux principe d’usage de faux pour contrôler une matière sociale complexe, le risque de subjectivité des contrôleurs, la stigmatisation des employeurs qui engagent sur base des compétences, la lourdeur administrative ou l’impact réel limité du mécanisme vu les règles de droit sont autant d’éléments dénoncés.

Par ailleurs, en plus du goût amer de la mesure pour les petits employeurs, le timing du projet de texte wallon posait réellement question quand on sait que les PME wallonnes doivent déjà faire face au contrôle fédéral qui s’applique à tout le territoire belge depuis ce 1er avril.

Ce sont ces arguments qui ont conduit au refus du texte par la majorité des parlementaires. Si les entreprises wallonnes doivent toujours s’inquiéter de pareils contrôles potentiels de l’inspection fédérale, une surcouche régionale ne sera pas appliquée, comme c’est le cas à Bruxelles.

En savoir plus :

About David PISCICELLI

Conseiller au service d'études et spécialisé dans les matières sociales (emploi, formation et droit du travail), je défends les intérêts des entrepreneurs et PME dans ces domaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.