Mobilité : constats et propositions

Mobilité : constats et propositionsC’est accompagnée du bureau d’études STRATEC et entourée d’entrepreneurs de tous horizons que l’UCM a débattu de la thématique de la mobilité en vue de la rédaction de son prochain mémorandum. Voici le compte rendu de cette réflexion.

La réunion a commencé par la présentation des résultats de l’enquête UCM sur la mobilité. En voici les enseignements majeurs :

  • La voiture est le moyen de transport dominant pour 88 % des PME (80 % en RBC), les transports en communs suivent avec seulement 15 % (31 % en RBC) et le vélo à 11 % (22 % en RBC).
  • C’est le facteur temps qui détermine le choix du mode de transport.
  • À Bruxelles, 87,4 % des entreprises sont accessible autrement qu’en voiture, contre 68,2 % pour la Wallonie.
  • Temps perdu dans les embouteillages : + de 50 % des entrepreneurs perdent plus de 15 minutes par jour dans les embouteillages, soit 6,5 % de revenus par an ! Outre les aspects financiers, l’impact de ce temps perdu dans les bouchons sont le stress et la fatigue.
  • 37 % des employeurs offrent un véhicule de société à certains membres de leur personnel.

Suite à cette introduction, Louis Duvigneaud du bureau d’étude STRATEC a exposé en quoi l’instauration d’un péage urbain de zone permettrait de rétablir un optimum économique au profit des entreprises.

Pour rappel, elles perdent aujourd’hui 8 milliards d’euros par an à cause de la congestion. Son étude démontre qu’un péage de zone à 3 €/jour à certaines heures de la journée réduirait les coûts de transport des agents économiques dans le périmètre de la RBC et améliorerait l’attractivité de la région auprès des entreprises et des ménages.

Suite à ces présentations et au débat avec les entrepreneurs présents, l’UCM propose les recommandations suivantes pour le prochain mémorandum :

  • Améliorer l’accessibilité en transport en commun et en vélo des sites d’entreprises, notamment dans les zonings.
  • Améliorer la cadence des transports en commun de surface en visant les zones à forte densité d’entreprises et en veillant à ce qu’ils puissent rouler en site propre lorsque nécessaire, réduire la taille des véhicules afin d’atteindre, notamment, l’objectif visé.
  • À Bruxelles, créer un véritable Réseau Express Bruxellois (à partir du RER existant) pour compléter le réseau de métro actuel.
  • Revoir la pression fiscale sur le travail afin de pouvoir proposer une politique par rapport aux voitures salaires
  • Revoir le traitement fiscal et social des déplacements domicile lieu de travail et la portabilité des droits d’enregistrement.
  • Repenser la répartition des compétences en matière de mobilité. Pour l’UCM, il y a lieux de « refédéraliser » certaines compétences régionales tout en concertant de manière approfondie l’ensemble des parties prenantes institutionnelles (communes, intercommunales, Régions…)
  • Optimiser les infrastructures existantes via la synchronisation des feux de circulation avec priorité pour le transport en commun en site propre, la mise en place du téléjalonnement, l’instauration d’un mécanisme de lissage de pics de trafic (uniquement à court terme) et le développer de l’utilisation de voitures partagées en ville. Sur ce point, l’UCM demande de créer des incitants.
  • Investir afin d’inciter au covoiturage et la multimodalité (construction de parkings de dissuasion aux entrées d’autoroute, réservation d’une bande de circulation aux covoitureurs et utilisateurs de voitures partagées sur autoroute).
  • Réévaluer à la baisse les obligations en termes de nombre de places de parking nécessaires dans le cadre des zonings et des nouveaux logements.
  • En dernier recours, l’UCM n’est pas opposée à l’introduction d’un péage urbain de zone en RBC dans les zones congestionnées à certaines heures de la journée afin de redonner de l’attractivité économique à Bruxelles. Les recettes étant entièrement investies à l’amélioration des transports en commun de surface.

 

About Antoine BERTRAND

Conseiller en charge des matières économiques et environnementales bruxelloises. A ce titre, je défends l'intérêt des PME auprès des pouvoirs publics et dans différents organes de concertation sociale bruxelloise, réalise des études et positionne l'UCM sur des thématique plus spécifiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.