Les jobistes ne prennent pas l’emploi des travailleurs

Les étudiants jobistes prennent-ils l’emploi des travailleurs ? Cette question était au centre de l’émission “Débats Première” le lundi 17 juillet, sur La Première. L’occasion, pour nous, de rappeler que le travail étudiant ne se fait pas au détriment des travailleurs ordinaires.

La meilleure preuve en est que le taux d’emploi augmente, même quand le nombre d’étudiants mis au travail augmente.

Cette augmentation peut s’expliquer notamment par le fait que la loi permet maintenant de déclarer les prestations des étudiants en heures. Le travail des étudiants est donc plus flexible.  Cette nouvelle réglementation permet peut-être aussi de déclarer dans le cadre de la loi des prestations qui se faisaient dans des conditions plus  “informelles” par le passé.

Pour l’UCM, ce nouveau régime est avantageux pour l’employeur et pour l’étudiant. Un régime plus flexible permet de faire travailler l’étudiant plus souvent. Ce dernier peut ainsi développer une première expérience sur le marché du travail dans le cadre d’un “vrai” contrat de travail.

Les conditions financières du travail étudiant sont également avantageuses pour les deux parties. Les cotisations sociales sont réduites et l’étudiant ne paie aucun précompte professionnel sur la rémunération qui lui est versée (ce qui est parfois indispensable dans le contexte actuel du coût des études supérieures).

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.