Indépendants : Des mesures complémentaires s’imposent

L’activité reprend doucement… Trop doucement! Des mesures complémentaires doivent être prises. UCM a demandé au Gouvernement de prolonger le droit passerelle. Mais pas que… Voici ce qui est sur la table.

Un droit passerelle jusque fin août? Pour qui?

Vraisemblablement pour les activités fermées (pour rappel depuis le 15 mars) telles que le récréatif, festif, culturel ainsi que les activités qui en dépendent. Idem pour ceux qui décident d’interrompre leur activité au moins 7 jours.

Le noeud du problème réside dans la mise en oeuvre d’une nouvelle forme de droit passerelle pour les indépendants qui certes, ont pu reprendre leur activité, mais ne sont toujours pas rentables en raison des mesures qui affectent la reprise (nombre de clients limités au mètre carré, mesures sanitaires dans les salons de coiffure, …).

Il faut un droit passerelle sans exiger de nouvelle fermeture.  On pense notamment à tous les commerces qui n’ont pu redémarrer que depuis le 11 mai. Il faut pour eux maintenir un revenu de remplacement pour compenser la perte de revenus qui va rester encore réalité durant ces longues semaines de lente relance. Idem pour l’horeca, après qu’ils auront pu rouvrir.  Nous continuons de soutenir activement cette solution évoquée depuis quelques jours par le gouvernement.

Le report des cotisations jusqu’à la fin de l’année?

C’est dans le pipe. Actuellement, le report des cotisations sociales peut se faire sur base d’un formulaire simplifié. Cela devrait perdurer jusque la fin de l’année.

UCM martèle en effet qu’il faut simplifier la vie des indépendants en cette période d’incertitude.

Et les indépendants parents ?

Ils devraient pourvoir bénéficier du congé jusque fin août. Heureusement! Tellement d’incertitudes planent encore sur ces vacances. Difficile de savoir quels seront les stages disponibles. Les parents d’enfants en bas âge devront peut-être adapter leurs heures de travail pour pouvoir s’occuper de leurs chérubins. L’allocation de congé parental pour indépendants s’élève à 532,24 € pour les familles et 875 € pour les familles monoparentales.

En résumé

Les mesures doivent être prolongées. Coûte que coûte! Parce que la situation est inédite et que si l’on veut assurer la reprise, qui s’avère lente, on doit maintenir un matelas de sécurité (sociale) tout au long de cette année 2020.

About Clarisse RAMAKERS

Directrice du Service de Lobby et d'Etude. Une passion pour l'entrepreneuriat et la course à pied. "La curiosité n'est pas un vilain défaut mais permet de comprendre le monde qui bouge", telle est ma devise.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.