PME et économie collaborative : comment tirer son épingle du jeu ?

Comment les entreprises “conventionnelles” peuvent-elles réagir face à la montée en puissance des plateformes d’économie collaborative ? Éléments de réponse.

L’économie collaborative, lorsqu’elle ne repose pas uniquement sur un but de lucre et qu’elle est bien encadrée, favorise l’économie circulaire et l’économie de la fonctionnalité. Elle permet en effet d’utiliser les ressources avec un impact minimal sur l’environnement.

La dernière édition des awards des plateformes d’économie collaborative ont d’ailleurs récompensé trois plateformes belges de mobilité partagée et plus durable  : exemples flagrants de l’utilisation des nouvelles technologies à bon escient.

Mobilité mais pas que … d’autres secteurs sont aussi concernés : logement-hébergement, transport, habillement et équipement, services divers.

Quelles stratégies pour les PME conventionnelles ?

Pour rester concurrentiels face à ces acteurs alternatifs, une vaste gamme de positionnements est envisageable : en passant par des options défensives, partenariales, ou offensives. Ce qui a été rappelé lors d’une récente conférence organisée par le TRAKK.

Parmi elles :

  • S’appuyer sur les acteurs alternatifs pour assurer son propre développement.
  • Améliorer et consolider l’offre des acteurs alternatifs, en montrant sa plus-value. Les compagnies d’assurance proposant des contrats sur-mesure aux plateformes en sont la parfaite illustration.
  • Conclure un partenariat win-win pour développer une nouvelle offre. Citroën a ainsi trouvé des relais pour construire des voitures répondant aux besoins et attentes de la consommation collaborative (plus robustes et avec moins d’options).
  • Se différencier. Les hôtels du groupe Accor ont développé un accueil des clients dans une ambiance lounge, à l’instar de ce qu’on retrouve chez un particulier via AirBnB, tout en conservant un service de check-in professionnel.
  • S’inspirer des outils et codes de la consommation collaborative. Decathlon a récemment lancé Trocathlon.
  • Lancer une plateforme concurrente. Comme la SNCF avec iDVROOM.
  • S’opposer frontalement aux acteurs alternatifs actifs sur le même segment de marché. On se souvient des protestations des taxis contre Uber.

N’oublions donc pas que la consommation collaborative peut être vue comme une source d’opportunités.

UCM défend le projet de ces plateformes en ce qu’elles suscitent des vocations entrepreneuriales. Certains prestataires finissent par devenir des indépendants à temps plein, et ListMinut en a fait l’expérience. CQFD

About Daphné Sior

Convaincue que « le meilleur moyen de prévoir le futur, c’est de le créer », je m’intéresse naturellement aux entrepreneurs, créateurs de valeur dans un monde qui bouge sans cesse. En tant que conseillère au sein du Service d’Etudes et de Lobby, et principalement en charge des matières économiques, j’agis en faveur d’un environnement favorable et d’un soutien (financement et accompagnement) efficace à nos PME !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.