Mobilité Bruxelles : A la rencontre de Elke Van den Brandt

De gauche à droite : Sophie Heuskin, Pierre-Frédéric Nyst, Elke Van den Brandt, Arnaud Deplae, Clarisse Ramakers

Pour commencer l’année 2020, nous étions au cabinet de la ministre bruxelloise Elke Van den Brandt (Groen) pour évoquer les grands enjeux de mobilité.

Le grand chantier de la législature sera vraisemblablement le plan régional de mobilité – Good Move. Adopté en première lecture par le précédent gouvernement et soumis cet été à la consultation publique, ce plan contient des mesures qui suscitent le débat voire la polémique. La consultation publique a amené pas moins de 8.000 réactions (individuelles et d’organisations).

Quelles seront les priorités pour 2020?

La ministre Van den Brandt nous confie faire de la mise en place de la zone 30 km/h la priorité. Cette mesure a surtout un objectif de sécurité routière et d’apaisement des quartiers. Le défi sera de faire en sorte que le 30 km/heure soit respecté. Un grand travail de sensibilisation a commencé.

Le plan de stationnement sera, par ailleurs, révisé. Une analyse minutieuse quartier par quartier sera effectuée. Un point sur lequel UCM sera particulièrement attentif tant l’impact que ce plan peut avoir sur les indépendants qui doivent se déplacer à la rencontre de leurs clients que sur l’accessibilité des commerçants.

Créer un cadre légal au MaaS – Mobility as a service – sera également un des objectifs de 2020. L’idée est d’intégrer dans une application les offres existantes de mobilité. De même, le tarif intégré doit être poursuivi et approfondi pour les 4 opérateurs publics actifs dans la Région bruxelloise.

Et la taxe kilométrique?

Nous avons également évoqué avec la ministre d’autres dossiers qui nous tiennent à cœur.

Elle nous a quelque peu rassuré sur sa vision sur la fameuse taxe kilométrique : elle viendra en remplacement de la taxe de circulation. Modulable, elle sera fixée en fonction du moment et de l’offre de transport en commun disponible. L’aspect social doit aussi être pris en compte.

Concernant la sortie des véhicules thermiques (diesel, en 2030; essence, en 2035), nous avons insisté sur la communication bien en amont du timing et des alternatives possibles. L’innovation technologique est un également à prendre en considération, nous avons sensibilisé la ministre sur ce point.

Sous l’angle de la concertation

UCM a rappelé l’importance de la concertation sociale et de l’information aux entrepreneurs. Ces derniers doivent savoir vers quoi nous allons, l’incertitude (budgétaire et cadre légal) est négative pour le climat entrepreneurial.

Les indépendants et PME sont conscients de la nécessité d’une transition environnementale mais doivent être rassurés quant à l’avenir.

Elke Van den Brandt nous a promis prendre le temps nécessaire à la concertation.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.