CORONAVIRUS : quid des professions libérales ?

Le secteur des professions libérales est frappé plus durement par la crise et les aides mises en place sont appréciées mais insuffisantes.

Le dernier baromètre trimestriel réalisé par UCM et professionslibérales.be (son organisation dédiée au secteur) le montre. C’est un plongeon pour toute l’économie! Mais le choc est encore plus violent pour le secteur des professions libérales qui représente près de 30% des indépendants (à titre principal) et plus de 32.000 emplois salariés.

Dans ce secteur, tant sur le plan de l’activité que de la rentabilité (85 % des répondants notent une baisse depuis 3 mois), la chute est aussi vertigineuse que les prévisions sont pessimistes (59 % des répondants entrevoient moins de travail; 64 %, une perte de bénéfice ou de rentabilité) .

Seuls 8% des professions libérales ont maintenu leur activité.

Les prévisions d’investissement sont à l’avenant : 57 % des répondants vont les diminuer. Moins de 6 % prévoient une augmentation. Et ce ne sont pas les retards de paiements, en augmentation pour plus de 30 % des sondés, qui vont arranger les choses.

Enfin, confirmant le tendance forte d’un secteur riche de ses nombreuses PME, l’emploi est moins gravement déstabilisé (66 % des répondants n’ont pas touché à leur volume d’emploi; 71 % ont l’intention de le conserver). Le tableau est loin d’être rose pour autant: les prévisions d’augmentation des effectifs dépassent à peine 1,7 % des répondants!

La cause du mal ?

Rien de mystérieux quant aux causes du malaise. La situation sanitaire et sécuritaire et mise en avant par 60 % des sondés. L’environnement économique incertain (lui aussi lié à la crise actuelle) est cité par 51 % des répondants. Enfin, le fonctionnement général de l’économie est insatisfaisant pour 67 % des répondants.

Ce qui rend le secteur des professions libérales si sensible à la crise, c’est l’une de ses forces: son caractère intrinsèquement « intuitu personæ ». Un lien particulier existe entre le professionnel et son client. Trouver des alternatives à la rencontre physique est à la fois plus crucial et plus difficile que dans n’importe quel autre pan de l’économie.

Les pieds dans la boue, le regard vers l’avenir

Interrogés sur leur vision du déconfinement, 41% des sondés envisagent pour rebondir d’augmenter leurs heures de travail. En termes de mesures de relance, ils avancent massivement les idées suivantes :

  • Exonérations cotisations sociales : 78%
  • Prolongation durée des crédits dont remboursement a été suspendu : 39%
  • Baisse TVA : 33% (+ 28% pour les secteurs les plus impactés) = 61%
  • Gel indexation PI : 32%
  • Report PI : 30%
  • Echelonnement remboursement prêts suspendus : 39%

UCM et professionslibérales.be sont pleinement mobilisés pour que les spécificités du secteur soient prises en compte au moment d’encaisser le coup ainsi qu’au moment de penser la reprise.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.