Coronavirus et entrepreneurs : what’s new ?

Après 3 semaines de pause estivale, le blog reprend de plus belle pour toujours mieux vous informer. Place à l’actualité covid-19 et les nouvelles mesures à destination des indépendants et chefs de PME.

En Wallonie

L’indemnité de 3.500 € se concrétise.

POUR QUI ? Les petites et micro entreprises qui remplissent chacune des 3 conditions suivantes :

  • Avoir bénéficié de l’indemnité de 5.000 €;
  • Subir pleinement les impacts des mesures contre le coronavirus : soit parce que l’entreprise fait partie des secteurs à l’arrêt / soit parce que son activité est intrinsèquement liée aux décisions relatives aux événements de masse / soit parce que son activité est limitée en raison de la restriction en ce qui concerne les voyages à l’étranger;
  • Être active dans un des secteurs déterminés (voir les dénominations dans notre précédent article) : 56.302, 59.140, 82.300, 90, 93.211, 96.040, 49.310, 49.390, 55.203, 55.204, 55.209, 56.210, 74.109, 74.201, 74.209, 74.109, 77.293, 77.392, 79, 90.

COMMENT ? La demande est à introduire sur la plateforme covid.wallonie (l’indemnité n’est pas encore disponible à ce jour, il est possible d’inscrire son adresse mail pour recevoir une notification quand ce sera le cas).

L’équipe Lobby UCM se mobilise afin qu’aucun secteur fortement lié au tourisme et à la culture ne soit laissé pour compte : parmi ceux-ci se trouvent les taxis et les hôtels pour lesquels nous continuons d’insister afin qu’ils obtiennent cette indemnité !

A Bruxelles

Une prime pour les hôtels

Les hôtels bruxellois ont été les premiers touchés par la crise et restent fortement impactés. UCM réclamait une aide spécifique pour ce secteur depuis mars. Elle arrive enfin ! Le gouvernement bruxellois s’est mis d’accord sur une prime de 200 euros par chambre par mois et ce pour une durée de 5,5 mois. L’objectif est de couvrir les frais fixes importants des établissements hôteliers et d’assurer leur survie.

Au fédéral

Prolongation du droit passerelle en demi-teinte

Le Gouvernement a pris une triple décision :

  • Le droit passerelle de soutien à la reprise est prolongé jusque fin octobre : pour UCM, une prolongation jusque fin d’année s’impose !
  • Le droit passerelle de crise “interruption obligatoire” est prolongé jusque fin d’année : c’est un élément rassurant pour tout le secteur événementiel dont la situation est … dramatique.
  • Le droit passerelle de crise “interruption volontaire” ne sera pas prolongé au-delà du mois d’août : les indépendants forcés de cesser leur activité faute de clients et de revenus suffisants n’y auront plus accès. Leur fermer la porte dès septembre crée un risque important de cessations évitables et même de précarité !

Chômage temporaire pour force majeure jusque fin d’année

Le régime particulier (et provisoire) de chômage pour raison de force majeure liée au covid-19 a été prolongé jusque fin 2020. Mais pas pour tout le monde !

Pour pouvoir continuer à bénéficier de ce régime avantageux à partir du 1er septembre, les entreprises devront remplir l’un des critères suivants ;

  • Soit l’entreprise y a déjà eu recours durant le deuxième trimestre 2020, pour au moins 20 % des jours qu’elle a déclarés à l’ONSS;
  • Soit elle appartient à l’un des secteurs les plus fortement impactés par la crise : un arrêté ministériel doit encore déterminer de quels secteurs il s’agit précisément.

UCM a lutté et lutte encore pour qu’un maximum de PME puissent poursuivre ce système. Nos calculs montrent d’ailleurs qu’une grande majorité d’entre elles (plus de 83 %) entre dans le premier critère ! À défaut, les entreprises pourront avoir recours au chômage pour raison économique. Le système a certes été réformé (temporairement, jusque fin 2020) pour être plus attractif, mais il reste plus complexe et plus cher que la version “force majeure”.


UCM vous informe :

About Daphné Sior

Convaincue que « le meilleur moyen de prévoir le futur, c’est de le créer », je m’intéresse naturellement aux entrepreneurs, créateurs de valeur dans un monde qui bouge sans cesse. En tant que conseillère au sein du Service d’Etudes et de Lobby, et principalement en charge des matières économiques, j’agis en faveur d’un environnement favorable et d’un soutien (financement et accompagnement) efficace à nos PME !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.