Ukraine : le pire est (peut-être) devant nous

Superposée à la crise CORONA, la crise ukrainienne a des effets catastrophiques sur les PME. Il faut y répondre par des remèdes aussi exceptionnels que temporaires.

Tels des arbres sans écorce, les PME éreintées par deux ans de crise CORONA subissent de plein fouet les effets de la guerre d’agression menée en Ukraine. Coûts énergétiques prohibitifs. Pénurie de matériaux paralysante. Et inflation suffocante.

C’est ce contexte que nous décrivent les indépendants et chefs de PME francophones. Faisant suite à un premier coup de sonde en mars aux résultats préoccupants, l’étude que nous venons d’effectuer est encore plus alarmante.

  • De 40 %, on est passé à 55% des entreprises qui se disent exposées ou très exposées aux conséquences de la crise. La perte estimée frôle les 20% du chiffre d’affaires … à ce stade !
  • L’impact sur l’emploi n’est pas plus reluisant. Désormais 44% des employeurs envisagent (au moins) un licenciement.
  • Or, plus de la moitié des employeurs (57%) nous disent ne pas avoir les liquidités suffisantes pour le faire, même s’ils le jugeaient nécessaire.

Nous avons changé d’urgence…

Mais elle est toujours là ! Mettre un terme brutal aux mécanismes d’aides reviendrait à verser un seau d’eau sur la flamme que l’on vient de passer 2 ans à entretenir.

Nous souhaitons donc le maintien d’un mécanisme simple et flexible de chômage temporaire. Nous souhaitons aussi un double droit passerelle pour les indépendants touchés par la crise.

Nous demandons également du soutien pour la trésorerie des entreprises. Par l’octroi de délais de paiements des dettes fiscales et sociales. Mais aussi par la mise en place d’un dispositif d’escompte des lettres de crédit en provenance d’Ukraine.

Rompre un contrat, épargner les autres

Nous demandons aussi l’exonération fiscale et sociale des indemnités de licenciement.

Pas pour le plaisir de “congédier” des travailleurs, mais parce que le manque de liquidité est tel que ne pas licencier pourrait, dans certains cas, mettre en péril l’ensemble de l’entreprise et de ses collaborateurs.

Il s’agit de demandes fortes et temporaires, pour limiter au maximum une vague de faillite dont les premiers signes sont déjà visibles.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.