Pôles de compétitivité et PME : une union gagnante

Le gouvernement wallon veut poursuivre la politique des pôles de compétitivité et en améliorer l’accès aux PME. C’est une bonne chose. Comment? UCM a des propositions.

Depuis 2006, les pôles de compétitivité sont au cœur de la politique industrielle de la Wallonie et rassemblent entreprises, acteurs de la recherche et centres de formation qui répondent ensemble à des appels à projets.

Ces pôles sont aujourd’hui au nombre de 6 et ont pour but de renforcer la compétitivité de la Wallonie en développant une masse critique et un niveau d’excellence dans certains domaines stratégiques : sciences du vivant, transport-logistique, génie mécanique, aérospatial, agro-industrie, chimie verte et matériaux durables.

Qui sont les entreprises des pôles ?

Il s’agit d’entreprises au préalable plus grandes (en termes d’emploi), créant plus de valeur ajoutée et exportant plus. Néanmoins, une diversification du public cible s’effectue progressivement puisque de plus en plus de PME participent aux pôles : sur les 497 entreprises étudiées par l’IWEPS dans le cadre de son évaluation des pôles de compétitivité, 331 sont des PME (entre 5 et 50 ETP).

Quels effets sur la performance des entreprises ?

C’est grâce aux aides financières publiques reçues dans le cadre de la politique des pôles que les entreprises prennent part à des projets collaboratifs. Mais qu’en est-il de leurs effets sur les performances des entreprises ?

Si les performances économiques présentent de bons résultats, ces derniers sont plus mitigés en termes de performances de Recherche, Développement et Innovation (RDI).

Cela pose donc la question du type de projets soumis via les pôles : s’agit-il de projets à la marge que les entreprises n’auraient pas mené en l’absence d’une telle aide publique ? Pour rappel, le but est plutôt de voir émerger des projets opérant un véritable changement de comportement des entreprises par rapport à leurs décisions d’investissement en R&D.

Chez UCM, nous sommes convaincus que soutenir les PME permettra d’éviter cet écueil car ce sont précisément elles qui ont le plus besoin d’un coup de pouce sans lequel elles ne pourraient pas développer leurs projets.

Un maillage à développer

Afin de tenir compte des besoins des PME innovantes, il faut simplifier les procédures administratives lors de la soumission des projets. Et c’est chose faite puisque le gouvernement wallon prévoit d’accélérer les processus de montage et d’évaluation des projets de pôles.

UCM demande aussi et surtout de développer un meilleur BtoB en amont des processus de R&D. C’est une logique de maillage entre les PME et les entreprises structurantes qui ont émergé des pôles qui permettra d’encore améliorer leurs performances économiques. Et, in fine, de développer des projets communs réellement innovants pour la Wallonie.

About Daphné Sior

Convaincue que « le meilleur moyen de prévoir le futur, c’est de le créer », je m’intéresse naturellement aux entrepreneurs, créateurs de valeur dans un monde qui bouge sans cesse. En tant que conseillère au sein du Service d’Etudes et de Lobby, et principalement en charge des matières économiques, j’agis en faveur d’un environnement favorable et d’un soutien (financement et accompagnement) efficace à nos PME !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.