Rencontres avec les présidents de partis

UCM a commencé la tournée des présidents de partis la semaine dernière. Une formalité? Une obligation? Pas pour nous. Une nécessité!

La crise sanitaire et in fine socio économique a rebattu toutes les cartes. UCM avait fait le tour des partis pour présenter son mémorandum juste après les élections. L’occasion de rappeler l’importance du rôle des entrepreneurs dans l’essor de nos régions et des mesures essentielles à prendre pour assurer leur développement.

Mais l’actualité que nous avons vécu ces derniers mois a modifié les urgences, les besoins, … Il faut revoir la feuille de route. Voir même la créer au niveau du fédéral.

Au menu de ces rencontres – et sans surprise -, du social, du fiscal et l’économique.

  • Fiscalité : refus de toute augmentation de la pression fiscale pour financer le déficit public post-crise ainsi que des mesures complémentaires :
    • Déductibilité totale (100 %) des frais professionnels.
    • Baisse de la fiscalité indirecte (TVA, …).
    • Taxation équitable de l’économie digitale.
  • Statut social : les indépendants ont besoin d’aide MAIS ce n’est pas l’occasion de déplafonner les cotisations sociales.
    • Prolongation du droit passerelle de crise (pour les secteurs limités dans leur reprise) aussi longtemps que nécessaire.
    • Prolongation des mesures de crise en matière de cotisations sociales (réduction, report et de dispense prolongées au 3e trim 2020, voire au 4e).
    • Remise exceptionnelle jusque 2.000 € pour le paiement des cotisations sociales du 4e trimestre – fond constitué au sein du SSTI : 3 milliards d’euros !
    • En termes de financement, si la sécurité sociale des salariés est refinancée par l’État (en raison notamment du chômage temporaire pour force majeure), il faut que le statut social des indépendants soit refinancé à due concurrence…
  • Emploi :
    • Les pertes d’emploi vont se multiplier, il est des licenciements qui sauvent l’emploi ! Il faut rendre le licenciement accessible (notamment en supprimant les charges patronales sur l’indemnité de rupture), sans quoi, ce sera la faillite.
    • Le coût du travail était problématique avant la crise – il le reste. Si on veut sauver l’emploi, il faut prendre différentes mesures comme la prolongation de la mesure “zéro cotisation sur le premier engagement”.

Au niveau régional aussi, des mesures doivent être prises :

  • Au niveau économique :
    •  Sauvegarder et renflouer la trésorerie des entreprises
    • Les outils ont été mis en place mais ils sont encore trop peu utilisés. Il est indispensable de monitorer leur utilisation et comprendre pourquoi les entreprises n’en font pas usage alors que ça répond à leurs besoins.
  • Au niveau de l’emploi :
    • UCM plaide pour qu’on ne crée pas de nouveaux dispositifs mais pour qu’on puisse temporairement booster (doubler) les aides existantes.

Bref, c’est important de rappeler maintenant les priorités pour les entrepreneurs.

Nous reviendrons vers vous pour faire un débriefing de ces rencontres #StayTuned

About Clarisse RAMAKERS

Directrice du Service de Lobby et d'Etude. Une passion pour l'entrepreneuriat et la course à pied. "La curiosité n'est pas un vilain défaut mais permet de comprendre le monde qui bouge", telle est ma devise.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.