Responsabilité sociétale : les PME restent à convaincre

Mettre en place une stratégie “RSE” reste encore peu courant dans les PME et TPE (Baromètre UCM de mai 2022). Pourtant, les bénéfices sont loin d’être négligeables !

S’évaluer sous l’angle sociétal et environnemental, les principes de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) connaissent un succès grandissant. Pour répondre aux attentes de leurs parties prenantes et de la société, ou pour les anticiper, toujours plus d’entreprises innovent pour adopter des pratiques de management et des offres de biens et de services plus responsables, voire pour développer de nouveaux business models intégrant les enjeux sociaux ou environnementaux.

Le but : améliorer l’impact social et environnemental de l’entreprise, tout en dopant sa performance économique.

Pour autant – et c’est peu de le dire – tous les chefs d’entreprises ne sont pas encore convaincus de l’intérêt de la RSE et de son impact positif sur la performance économique.

Trop contraignant, trop lourd” pour les TPE wallonnes et bruxelloises

Réalisé chaque trimestre, sur base des réponses d’un panel d’indépendants et de patrons de PME wallons et bruxellois, le dernier Baromètre PME d’UCM faisait un focus sur la RSE. La réponse est sans appel :

Les dirigeants des petites entreprises et, en particulier, celles de moins de 10 salariés connaissent très mal les concepts de la RSE et en ont encore une perception largement erronée.

Ainsi, plus des trois quarts (76%) n’ont jamais entendu parler de stratégie formelle RSE.

Cette faible notoriété s’accompagne d’un avis mitigé à l’égard des bénéfices de la RSE. Alors qu’une telle approche est très souvent un moteur d’innovation, d’esprit d’équipe et de motivation, plus de la moitié des dirigeants des TPE perçoivent la RSE comme une contrainte supplémentaire. Ils sont une faible minorité de ces dirigeants de TPE (26%) qui déclarent mettre en place des démarches dans le domaine social et environnemental.

Méconnaissance des bénéfices

Plutôt que de considérer la RSE comme une contrainte dans un contexte économique difficile, les dirigeants des TPE devraient y voir une opportunité de se différencier et d’innover, en capitalisant sur les relations avec leurs différentes parties prenantes. Les bénéfices en termes d’image, de réduction des coûts, de fidélisation,… sont divers et nombreux.

De surcroît, les TPE ont des avantages que les grandes entreprises n’ont pas :

  • La flexibilité organisationnelle de la PME, lui permettant de s’adapter facilement ;
  • Sa proximité avec les acteurs de son milieu, lui permettant de comprendre leurs besoins et leurs préoccupations ;
  • Sa facilité d’accès à des réseaux d’acteurs, qui possèdent des ressources et des compétences complémentaires ;
  • Etc…

Tous ces facteurs pourraient favoriser l’implantation de la RSE auprès de nos TPE…

Développer une approche “PME” et des outils d’accompagnement

A la condition qu’une approche adaptée à leur taille et leur culture soit développée, les TPE/PME wallonnes et bruxelloises peuvent faire de la RSE un facteur de performance. Du Baromètre PME d’UCM, il ressort que la méconnaissance de la RSE est un des principaux obstacles à son implantation, en plus du manque de ressources et de temps.

UCM souligne la nécessité de sensibiliser les dirigeants de petites entreprises à cette notion. Pour UCM, le défi consiste donc à la fois à faire changer l’image de la RSE auprès des dirigeants des TPE et à développer des dispositifs d’accompagnement adaptés à leur taille.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.