Rencontre avec Bernard Clerfayt : du pragmatisme avant tout

UCM s’est entretenue avec le ministre bruxellois de l’Emploi et de la Formation, Bernard Clerfayt (DéFI). Débriefing.

Depuis la 6e réforme de l’État et les énormes transferts de moyens du Fédéral vers les Régions, le portefeuille ministériel régional “emploi-formation” est devenu très important pour les employeurs.

Dès 2014, l’ancien Gouvernement bruxellois a lancé un grand nombre de chantiers pour “bruxelliser” les compétences reçues. Il est maintenant temps d’en lancer les premières évaluations, de rectifier les maladies de jeunesse et surtout de simplifier tout ce qui peut l’être..

Tel était le fil rouge de notre discussion avec un ministre à l’écoute et résolument pragmatique.

Des aides à l’embauche orientées PME

Depuis la réforme des aides Activa en 2017, certaines PME passent à côté de l’aide financière faute de pouvoir remplir les nouvelles conditions d’octroi. En parallèle, la charge administrative du dispositif a augmenté : certaines règles sont difficilement compréhensibles et les délais de paiement peuvent être problématiques.

Par ailleurs, il faut aujourd’hui faire un constat malheureux : une PME bruxelloise est bien moins soutenue qu’une PME wallonne lorsqu’elle embauche. Cela peut s’expliquer par le fait que les budgets hérités de la 6e réforme de l’État ont été en partie transférés vers le secteur non-marchand, au détriment du secteur marchand.

Pour UCM, un dispositif similaire aux primes Sesam (en Région wallonne), reste à créer. On parle d’une aide financière uniquement dédiée aux petites entreprises qui ont un siège d’exploitation en Région bruxelloise. De quoi faciliter des embauches.

Le ministre Bernard Clerfayt a écouté nos constats avec attention et compte mener une évaluation minutieuse du système Activa prochainement. Des mesures correctrices seront possibles ! Le ministre a également marqué son intérêt par rapport aux bonnes pratiques des autres Régions.

Une vraie simplification administrative

Si tout le monde s’accorde pour dire qu’il faut réduire les formalités administratives pour dynamiser l’entrepreneuriat, encore faut-il éviter d’en créer de nouvelles. UCM a rappelé l’importance d’avoir du pragmatisme et de la bienveillance dans l’octroi de toutes les aides régionales aux entreprises.

Il est en va de même dans la lutte contre les discriminations à l’embauche, où Bruxelles et tristement pionnière en Europe à permettre l’envoi de faux CV et la passation d’appels bidons dans les entreprises pour les tester. Un système qui se révèle pour l’instant inutile et sans résultats, mais lourd de sens quant au message adressé aux entrepreneurs.

Une formation en entreprise mieux valorisée

Les pénuries de main d’œuvre et les enjeux de formation sont partout. UCM a rappelé le rôle crucial d’acteurs comme le centre de formation EFP, et l’importance de soutenir sa mission spécifiquement dédiée à l’entrepreneuriat et aux métiers des petites entreprises et de l’artisanat.

Un meilleur soutien financier des patrons-formateurs est également primordial pour valoriser leur investissement en temps et en matériel.

Autant de messages qui ont été entendus par le ministre de l’Emploi et de la Formation à Bruxelles, Bernard Clerfayt, et que nous continuerons de porter. Keep going !

About David PISCICELLI

Conseiller au service d'études et spécialisé dans les matières sociales (emploi, formation et droit du travail), je défends les intérêts des entrepreneurs et PME dans ces domaines.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.