Transition climatique : les entrepreneurs doivent être accompagnés !

Environnement, déchets, ressources et économie circulaire étaient au programme du service lobby UCM la semaine dernière. Comment envisager cette transition pour les indépendants et les PME bruxellois? Nous avons des pistes.

Le gouvernement bruxellois a axé sa politique des 5 prochaines années sur une ambitieuse transition climatique et économique. Nous en avions déjà parlé avec la secrétaire d’État Barbara Trachte. Lundi dernier, c’était au tour du ministre Maron.

Nous avons rappelé la nécessité d’informer et d’accompagner les indépendants et PME sur la mise en place de cette transition.

La mesure environnementale qui prévoit l’interdiction des véhicules thermiques en 2030 (diesel) et 2035 (essence) a été évoquée. Pour UCM, il est important de donner un signal clair sur le timing et les conditions. En bref, quel type de véhicule sera encore accepté? Quelles alternatives?

Tout comme nous avons eu un vaste débat sur la politique des déchets. Nous avons sensibilisé le ministre aux difficultés rencontrées par les entrepreneurs concernant leurs obligations en matière de tri et de contrat de collecte.

Ressources = déchets

Mardi, nous avons continué ce débat lors du colloque “Politique des Ressources-Déchets : fast forward !”. Le précédent gouvernement a adopté en novembre 2018 un nouveau plan de gestion des ressources et déchets. Un changement de politique, les déchets deviennent des ressources et pour UCM, une opportunité économique et l’occasion de développer l’économie circulaire.

Trois propositions concrètes

  • Premièrement, l’obligation de conclure un contrat avec un opérateur pour la collecte des déchets est très contraignante et coûteuse pour les indépendants et PME. Beaucoup de ces derniers ne produisent pas plus de déchets qu’un ménage.

UCM demande la suppression de l’obligation de contrat pour les entrepreneurs du secteur tertiaire qui produisent de petits volumes de déchets.

  • Deuxièmement, des commerçants ou entreprises qui voudraient conclure un contrat groupé font face à des barrières juridiques. Ce type de mutualisation doit être facilité.
  • Troisièmement, le dialogue et la collaboration entre les entrepreneurs et Bruxelles Propreté doit être amélioré afin de mieux rencontrer les besoins des entrepreneurs concernant la fréquence et les heures de collecte.

Un petit conseil pour terminer : Quand vous arrivez en fin de contrat de collecte, renégociez votre contrat et faites marcher la concurrence !

Vous souhaitez renforcer votre activité en intégrant l’environnement dans la stratégie de développement ou de création de votre entreprise ? UCM vous accompagne et vous soutient dans l’ensemble de vos démarches. Plus d’infos sur le site UCM.be.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.