Transition de l’économie bruxelloise : de quoi parle-t-on ?

L’accord de gouvernement bruxellois prévoit de développer une stratégie de transition de l’économie bruxelloise à l’horizon 2030. Tout un concept ! Pour UCM, cela regroupe différentes situations. Explications.

La stratégie Go4Brussels 2030 détaille quelque peu cette ambition de transition économique dans son objectif 1.1 sans toutefois permettre d’avoir une vision claire et concrète. Cet important chantier de la législature porté par la secrétaire d’État, Barbara Trachte, a été mis en pause pendant de nombreux mois, crise Covid oblige.

La semaine dernière, le cabinet Trachte, a consulté les partenaires sociaux de Brupartners sur leur implication future dans la définition et mise en œuvre de cette stratégie. Bien sûr, nous voulons être impliqués et faire partie des acteurs actifs de ce projet. Ce sera l’occasion pour UCM de développer sa vision de la transition économique.

Des réalités variées

Pour UCM, la transition économique regroupe des situations diverses et pas uniquement l’image du business model à 100 % “économie circulaire”. Cela vise notamment le fait :

  • de réduire ses consommations énergétiques,
  • de prendre des initiatives zéro déchet,
  • d’utiliser des alternatives logistiques et de mobilité,
  • d’encourager le commerce local et les circuits courts.

De multiples actions sont possibles !

Des projets flous

Ce sont aussi des (futurs) entrepreneurs engagés qui veulent faire quelque chose pour le bien commun mais qui ne savent pas réellement quoi faire/proposer. Ce sont des personnes qui ont besoin d’un coup de pouce pour se relancer dans cette transition :

  • un accompagnement individualisé,
  • un financement,
  • une formation,
  • etc.

Ne laisser personne sur le côté

S’engager dans la transition n’est pas chose aisée pour tous les secteurs et toutes les activités. Certains ne pourront s’engager dans cette voie. Ou pourront le faire à plus long terme. Les entrepreneurs ont besoin d’être rassurés. Les informer et les accompagner afin de construire cette transition est essentiel. Mais aussi définir les conditions en impliquant au maximum les partenaires sociaux et donc UCM.

À ce titre, la conditionnalité des aides économiques aux entrepreneurs d’ici 2030 est inquiétante. En effet, ne pourraient bénéficier des aides que ceux qui s’inscrivent dans une démarche de transition économique. Il y a un grand risque de perte d’aides pour beaucoup d’indépendants et PME.

C’est le moment, oui mais…

La crise économique n’est pas finie. Nous sommes toujours en plein dedans. Si l’heure est arrivée d’envisager la transition économique, celle-ci doit être fait sur base volontaire et complétée d’accompagnement ou d’aides économiques. Des mesures de soutien sont encore nécessaires pour ces nombreux entrepreneurs qui tentent de sortir de la tête de l’eau. Ce n’est pas le moment d’imposer de nouvelles charges administratives ou financières.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.