On n’oublie pas les artisans SVP !

Ils sont boulangers, céramistes, stylistes, vignerons, glaciers, parfumeurs, tailleurs de pierre, chocolatiers… Ils sont un peu artistes, un peu intellectuels, un peu manuels, ils ont beaucoup de talent ! Du savoir-faire, et pas toujours celui qu’on retrouve dans les manuels… ils sont les Artisans de Belgique !

Avant la révolution industrielle, l’artisanat était dans chaque objet, dans chaque assiette. Aujourd’hui, à l’heure où la société s’interroge sur sa consommation, où le low-cost règne en maître, il cherche sa place.

Chez UCM, nous sommes convaincus qu’il n’y aura pas de « réindustrialisation » sans eux, leurs savoir-faire, leur sensibilité. Retour sur une matinée d’études et de réflexion organisée par le SPF ECONOMIE dans le cadre de la présidence Belge de L’Union Européenne. Perspectives et propositions.

Le statut d’artisan en Belgique

En Belgique, « l’Artisan » est défini depuis 2014 dans la loi qui instaure le statut d’artisan.

« Une personne physique ou morale active dans la production, la transformation, la réparation, la restauration d’objets, la prestation de services dont les activités présentent des aspects essentiellement manuels, un caractère authentique, développant un certain savoir-faire axé sur la qualité, la tradition, la création ou l’innovation« 

définition légale de l’artisan

Cette législation a posé les bases nécessaire à l’amélioration des conditions pour les artisans, tels qu’un logo protégé, un site dédié (lesartisans.be) et la Journée de l’Artisan célébrée chaque année.

En 2024, on compte 2.231 artisans certifiés. Si le chiffre ne cesse de grimper, il reste du travail pour faire connaître le dispositif et apporter cette reconnaissance à tous ceux qui remplissent les conditions pour l’obtenir.

Travailler à tous les niveaux

Si le label est octroyé au niveau fédéral, il est capital que des initiatives locales soient aussi développés pour mettre en avant les talents de nos artisans et les soutenir.

Parmi les initiatives locales, on peut citer des initiatives comme le Delta Shop à Namur, qui promeut l’artisanat local ou encore le parcours d’Artisans organisé dans la province de Liège.

Aller – beaucoup – plus loin

La matinée d’études s’est clôturée par l’évocation de pistes très concrètes pour améliorer la situation des artisans en Belgique mais aussi dans toute l’Europe. Morceaux choisis :

Améliorer la connaissance et l’image des métiers de l’artisanat : En mettant en avant l’importance de l’artisanat pour la durabilité et la préservation du patrimoine, il est possible de changer la perception de l’artisanat – surtout auprès des jeunes – en montrant qu’il ne s’agit pas seulement d’une question héritage patrimonial mais que c’est aussi d’un secteur innovant et dynamique. Cela doit également passer par la revalorisation des filières de formation technique. On relèvera enfin qu’il n’existe pas beaucoup de données sur la part de l’artisanat dans l’économie, ce qui est indispensable pour valoriser ce secteur.

Soutenir la compétitivité : Pour stimuler l’économie locale et circulaire, nous plaidons également pour une TVA à 6% sur la production artisanale (pas uniquement les réparations) afin de rendre ces produits plus compétitifs sur le marché, par rapport aux alternatives low-cost. Au niveau local, nous invitons également les communes à donner la priorité aux artisans certifiés ou à tout le moins à ceux qui exercent leurs activités artisanales à titre professionnel.

Soutien à la digitalisation : Encourager et soutenir – financièrement – les artisans dans l’adoption des outils numériques pour améliorer leur visibilité et accéder à de nouveaux marchés. Le numérique est un levier de croissance et de compétitivité important pour les artisans.

Stimuler les collaborations entre artisans : Que ce soit par la création de communautés, la mise à disposition d’espaces dédiés ou la mutualisation d’espaces de création ou de vente, l’analyse montre que la mise en relation d’artisans a un effet bénéfique sur leurs affaires.

Encourager le mécénat : Développer des initiatives pour attirer des sources de financement supplémentaires, telles que le mécénat, afin de permettre aux artisans de vivre de leur passion tout en préservant leur indépendance artistique.

Il y a tellement de choses à faire pour préserver, stimuler ce secteur crucial à tous points de vue. L’essentiel sera de ne pas oublier ce secteur, de lui laisser sa place. Pas parce qu’ils le méritent, pas parce qu’ils en ont besoin mais parce que nous en avons TOUS besoin.

Olivier Vandenabeele

Olivier Vandenabeele

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share via
Copy link
Powered by Social Snap