Un projet d’accord pour la paix sociale

Des négociations qui durent toute la nuit. Et cette question au petit matin : Peut-on se satisfaire de ce projet d’accord qui va guider les négociations sectorielles pendant les deux prochaines années ? Pour l’UCM, la réponse est oui !

Le texte dont le dernier point a été posé à 5 heures du matin est un projet d’accord. La nuance est importante. En effet, chaque organisation autour de la table (UCM, FEB, Unizo, Boerenbond, FGTB, CSC, CGSLB) doit maintenant demander l’accord formel de ses mandants (organisation et ensuite la base, pour ce qui concerne les syndicats).  Il faut donc rester prudent quant à la mise en œuvre effective de ce projet. Le Premier ministre a reçu le Groupe des 10 à 14 heures, ce mardi.

Faut-il se satisfaire du fait même qu’il y ait un projet d’accord ?

Un projet d’accord était capital. La situation entre le monde syndical et patronal était tendue depuis quelques temps. Le 0,8 % de marge crispait les choses. Et pourtant, les enjeux sont tels qu’il était nécessaire de pouvoir se parler : la compétitivité des entreprises, le pouvoir d’achat, la mobilité, … Le fait que le Groupe des 10 se remette autour de la table après un re-calcul de la marge évaluée à 1,1 laissait présager qu’une issue positive était possible.

Arriver à un accord, c’est arriver à avoir les lignes directrices pour les négociations dans les secteurs pour les 2 années à venir. C’est assurer une paix sociale et donc limiter les grèves. Permettre à chacun de travailler sereinement. Donc oui, on peut se satisfaire d’un projet d’accord et espérer sincèrement qu’il soit approuvé par les différentes instances.

Que contient ce projet d’accord ?

On a beaucoup parlé de la marge salariale. On retiendra donc le 1,1 %.  Mais on peut également évoquer la mobilité, la revalorisation du salaire minimum, la répartition des enveloppes « bien-être », les heures supplémentaires…

On peut donc parler d’un accord équilibré, obtenu dans des circonstances compliquées. Puisse-t-il voir le jour et permettre aux employeurs de se concentrer sur leur job principal : faire tourner leur boîte… Dans de bonnes conditions !

Lire le communiqué de presse « L’UCM espère la mise en œuvre du projet d’accord social 2019-2020 »

About Clarisse RAMAKERS

Directrice du Service de Lobby et d'Etude. Une passion pour l'entrepreneuriat et la course à pied. "La curiosité n'est pas un vilain défaut mais permet de comprendre le monde qui bouge", telle est ma devise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.