Wallonie : globalement, c’est un bon accord pour les entrepreneurs

Les négociateurs du futur gouvernement wallon sont arrivés à un accord : la Déclaration de Politique Régionale (DPR). De nombreuses mesures que nous recommandions pour améliorer votre quotidien ont été intégrées. En détail, c’est par ici.

C’était il y a 18 mois. Nous vous avons proposé d’écrire les bases du mémorandum, les enjeux de demain pour les entrepreneurs… Vous avez participé à nos différents ateliers. De là est né le mémorandum : 250 propositions pour changer la vie des entrepreneurs. Notre rôle a été d’être votre porte-parole auprès des négociateurs. Nous avons rencontré les négociateurs. Dans un premier temps, les formateurs socialistes. Ensuite, nous avons eu l’occasion de nous prononcer sur « la note coquelicot ».

À chaque étape, nous avons rappelé le poids des PME. Plus de 9 entreprises sur 10 sont des PME. Plus de 1.100.000 personnes sont des indépendants.  Il est donc essentiel de faire droit à leurs attentes, d’améliorer leur quotidien car ce sont les moteurs de l’activité économique.

Et vous avez été entendus

C’est globalement un bon accord. Un accord dans lequel les préoccupations  des entrepreneurs ont été entendues.

On y parle d’une administration « business friendly », d’aides aux PME, d’une politique orientée PME où on intégrera le maillage entre entreprises, d’une politique orientée vers la revitalisation des centres urbains qui fait la part belle aux commerces. La simplification administrative est également un objectif majeur pour ce futur gouvernement. L’accompagnement des porteurs de projet sera renforcé. Bref, la liste est longue.

Mais tout n’est pas rose pour autant

Des points d’attention existent… On parle de conditionner certaines aides aux entreprises.

L’évaluation des aides à l’emploi est au programme. Nous veillerons à ce que les budgets y afférents soient bien dédicacés aux employeurs des TPE et des PME. Le testing pour lutter contre la discrimination à l’embauche est annoncé. Nous continuerons à nous y opposer fermement.

Le volet budgétaire peut inquiéter parce qu’il est flou, parce que dire « qu’il n’y aura pas de nouvelles taxes » sans visualiser où se feront les économies parait naïf.

Bref, si la base est bonne, nous aurons du travail ces cinq prochaines années car… le diable peut se cacher dans les détails.

About Clarisse RAMAKERS

Directrice du Service de Lobby et d'Etude. Une passion pour l'entrepreneuriat et la course à pied. "La curiosité n'est pas un vilain défaut mais permet de comprendre le monde qui bouge", telle est ma devise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.