Stages en entreprise : les PME bruxelloises donnent leur avis

Comment faciliter la réussite d’un stage en entreprise ? L’UCM et la Chambre des classes moyennes ont mené l’enquête auprès des indépendants et dirigeants de PME de la Région bruxelloise. Tous les dispositifs ont été envisagés.  Le retour du terrain est clair : le profil du stagiaire est déterminant.

Stages, stages, stages ?

On ne le dira jamais assez : les stages en entreprise sont une voie royale pour accéder à l’emploi. Le Gouvernement bruxellois l’a bien compris et en a fait son cheval de bataille pour endiguer le chômage, en particulier celui des jeunes. Aujourd’hui, les entreprises bruxelloises sont largement sollicitées par les différents opérateurs de formation pour ouvrir grand leurs portes à l’accueil de stagiaires. Les PME représentant au bas mot 95 % du tissu économique régional, elles sont évidemment au premier plan de la dynamique.

Seulement voilà : Accueillir un stagiaire n’est pas aussi simple qu’il y paraît.

Entre les démarches administratives, les coûts cachés et le risque d’abandon du stagiaire, être une entreprise d’accueil n’est pas une sinécure, surtout pour les plus petites structures !

L’UCM et la Chambre des classes moyennes ont donc mené l’enquête auprès des indépendants et dirigeants de PME de la Région bruxelloise. L’objectif : obtenir des retours concrets, des expériences de terrain, du vécu, et identifier tout ce qui peut être amélioré pour faciliter l’accueil d’un stagiaire dans l’entreprise. Formation en alternance, stages pour chercheurs d’emploi, stages scolaires… Tous les dispositifs ont été envisagés.

Pour les entrepreneurs c’est oui, mais pas sans préparation !

Une conclusion s’impose : pour les indépendants et dirigeants de PME, c’est du stagiaire lui-même que dépend d’abord la réussite du stage. Il doit être bien préparé par l’opérateur de formation, motivé et disposant des compétences de base suffisantes pour apprendre son futur métier. Les entrepreneurs estiment aussi nécessaires une durée de stage suffisamment longue (au minimum 4 mois) et une disponibilité réelle du tuteur dans l’entreprise.

Pour les très petites entreprises (TPE, moins de 10 salariés) et les indépendants travaillant seuls, 3 éléments sont mis en avant pour booster le succès des stages en entreprise :

  • les aides financières à l’accueil ;
  • la disponibilité et le coaching de la part de l’opérateur de formation ;
  • la possibilité de s’écarter temporairement du plan de formation du stagiaire en cas d’imprévu.

Il est important de souligner que les entrepreneurs bruxellois ont une bonne image des stages. Pour 2 dirigeants sur 3, accueillir un stagiaire est même principalement motivé par la volonté de former une personne sur mesure en vue d’une embauche !

Ces constats renforcent la conviction de l’UCM. La formation professionnelle prodiguée dans les entreprises est de qualité. La réussite ne dépend pas que de l’accueil. L’attitude du stagiaire et celle de l’opérateur de formation sont tout aussi importantes.

Le développement des formules de stage pour les demandeurs d'emploi ou de formation en alternance sur la Région ne peut s'envisager que dans une perspective win-win Click To Tweet

Ce qui suppose des mesures fortes de soutien et d’accompagnement de l’entreprise d’accueil avant et pendant le stage.

 Pour en savoir plus :

Les résultats complets de l’étude sur les leviers et freins pour accueillir un stagiaire dans les PME en Région bruxelloise.

About David PISCICELLI

Conseiller au service d'études et spécialisé dans les matières sociales (emploi, formation et droit du travail), je défends les intérêts des entrepreneurs et PME dans ces domaines.

One thought on “Stages en entreprise : les PME bruxelloises donnent leur avis

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.