Quel bilan pour le Small Business Act bruxellois ?

Quel bilan pour le Small Business Act bruxellois ?Après deux ans de mise en oeuvre, le ministre Didier Gosuin (Défi) a fait un premier bilan du Small Business Act (SBA). Ce plan d’actions vise à soutenir les PME et l’esprit d’entreprendre est globalement mis en oeuvre à 74 %. Analysons ensemble cette évaluation.

Pour rappel, le SBA, adopté en juin 2016, porte sur 5 axes :

  1. Créer un environnement favorable à l’entrepreneuriat.
  2. Améliorer l’accès au financement.
  3. Soutenir la diversité des entrepreneurs et entreprises.
  4. Améliorer les relations entre les PME et la Région.
  5. Soutenir les entreprises dans les évolutions et opportunités.

L’ambition était d’avoir un impact positif sur 3 indicateurs qui sont le nombre de PME, le taux d’emploi et la valeur ajoutée.

À l’époque, l’UCM a accueilli très favorablement cette initiative qui répond largement aux préoccupations et aux attentes des chefs d’entreprise. Plusieurs mesures rencontrent directement des revendications portées par l’UCM : test PME, mobilisation de l’épargne privée, garantie publique automatique sur certains crédits, administration “PME friendly”, création de packages entrepreneuriaux etc… Nous attendions avec impatience sa mise en oeuvre et son évaluation.

Quelques chiffres

Comme nous vous le disions, la note globale de mise en oeuvre est de 74 %.  Quand on regarde axe par axe, les résultats sont plus mitigés. L’axe 5 “évolution et opportunités” enregistre le meilleur score avec 83,2 % tandis que l’axe 2 “accès au financement” obtient le plus mauvais score avec 63,5 %.

Au niveau des indicateurs, nous pouvons retenir que le nombre d’entreprises assujetties à la TVA a dépassé les 100.000 pour atteindre 104.705 fin 2017 (contre 97.173 en 2015). Concernant les PME plus spécifiquement, on constate une progression de 4 %.

En termes d’emploi, les PME bruxelloises génèrent plus de 230.000 emplois. La Région bruxelloise a, en outre, dépassé le seuil des 100.000 indépendants en 2017.

Le rapport d’évaluation dresse le constat suivant : la dynamique entrepreneuriale bruxelloise se confirme et s’affirme.

L’UCM apporte des nuances

Nous ne constatons pas de réelle augmentation de l’activité économique. Les indicateurs sont globalement stables. Il est vrai que certains sont en progression mais d’autres sont très inquiétants. Prenons le taux de survie à 5 ans des entreprises qui est en baisse, passant de 66,6 % en 2016 à 65,8 % en 2018. De même, on enregistre un taux plus élevé de cessations d’entreprises.

Même si le solde net reste positif, nous nous inquiétons  du manque de pérennité des entreprises.

L’accès au financement, l’axe délaissé

Le financement est un enjeu essentiel pour les indépendants et les PME. Bon nombre d’outils publics et privés existent mais sont souvent méconnus. Les principaux motifs de refus d’accès au crédit bancaire sont l’insuffisance de garanties et d’apport propre.

L’axe consacré à l’accès au financement enregistre un retard de mise en oeuvre par rapport aux autre axes. Pour l’UCM, il convient d’agir sur cet aspect en priorité. Notre dernier rapport PME – réalisé avec Graydon et Unizo –  conforte notre inquiétude : “Les chiffres de la solvabilité des PME pour la Belgique et pour les différentes Régions montrent une tendance à la baisse. La situation est similaire à Bruxelles où l’on est passé de 72 % en 2008 à 66,3  % en 2017, avec un creux en 2012 (69,4%).”

Nos attentes pour 2019

À partir de 2019, nous pourrons mesurer les effets complets du SBA et affiner notre analyse que nous partagerons avec vous.

Nous demandons au prochain gouvernement de poursuivre et d’accélérer la mise en oeuvre de ce plan PME. Notre priorité reste l’accès au financement.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.