Le Forem, partenaire des PME wallonnes ?

UCM vient d’interroger les entrepreneurs wallons sur leur niveau d’appréciation des services du Forem. Ça s’améliore, mais on peut encore faire mieux !

Le Forem est le service public d’emploi de la Région wallonne. En marge des activités de formation et d’insertion des demandeurs d’emploi, il a pour mission de conseiller et d’aider les employeurs dans leur recrutement : analyse des besoins, formulation et diffusion d’offres d’emploi, mise en relation avec la main-d’œuvre disponible, information sur les aides à l’emploi ou à la formation mobilisables, etc.

97 % des entrepreneurs wallons connaissent l’administration, et disent être de plus en plus au courant des différents services qu’elle propose. Mais qu’en pensent-ils ? Et y font-ils appel pour autant ? Voyons tout cela en détail.

Le Forem, partenaire des PME wallonnes ?

 

Globalement, la moitié des entrepreneurs wallons disent avoir déjà fait appel aux services du Forem, ou comptent le faire prochainement. C’est l’information sur les aides à l’embauche et la diffusion des offres d’emploi qui sont les services les mieux positionnés, devant l’information sur les aides à la formation et le recrutement des travailleurs.

Depuis 2016, l’utilisation des services par les petits employeurs est stable. Ces résultats rejoignent également une précédente enquête de 2017 d’UCM auprès des starters francophones : 40 % des répondants déclaraient privilégier le recrutement par les réseaux sociaux, le bouche à oreille et la recommandation d’une connaissance comme canaux d’embauche, plutôt que le recours aux opérateurs publics d’emploi (Forem, Actiris) pour engager.

Le Forem reste un partenaire à part entière pour la moitié des petits employeurs wallons qui ont ou recherchent du personnel. Ce n’est pas rien, et c’est plus que suffisant pour qu’ UCM demande différentes améliorations pour eux auprès du monde politique et de l’administration.

Quand les entrepreneurs wallons donnent leur niveau d’appréciation de l’offre et de la qualité des services proposés par le Forem aux entreprises, le niveau d’appréciation des petites entreprises est globalement positif.

Le Forem, partenaire des PME wallonnes ?

Depuis 2016, le niveau d’appréciation des petites entreprises s’est globalement amélioré : seuls 32,68 % des entrepreneurs se disaient satisfaits en 2016, contre 39,09 % en 2018. 30,72 % se disaient déçus, contre 24,37 % en 2018. 36,60 % ne se positionnaient pas sur le sujet, comme en 2018.

Le niveau d’appréciation de l’offre et de la qualité des services aux entreprises proposés par le Forem s’améliore, mais présente encore un net potentiel de progression.

Gratuité, sur-mesure et aide à la (pré-)sélection des candidats

Les demandes des petites entreprises pour améliorer les services que le Forem leur propose sont claires : elles sont en attente d’un service public davantage flexible et approfondi, à haute valeur ajoutée. Dans le top 3 de leurs attentes, on retrouve :

  1. la gratuité des services proposés (27,69 %),
  2. davantage de sur-mesure de l’administration (27,31 %),
  3. plus d’assistance dans la sélection des candidats (20,77 %).

Elles demandent également davantage d’encadrement dans les formalités et démarches administratives (19,23 %). Ainsi qu’une plus grande orientation client et une plus grande mobilité en entreprise des conseillers de l’administration (19,23 %). À l’inverse, elles  sont moins de 2 %  à demander davantage d’aide dans la rédaction des offres d’emploi (1,92 %).

Notre précédente enquête de 2016 dévoilait… les mêmes priorités ! On peut néanmoins observer quelques évolutions intéressantes.

L’importance que les entrepreneurs accordent à la mobilité des conseillers dans l’entreprise augmente (+ 7,81 %), tout comme le fait de les aider davantage dans la sélection des candidats (+ 4,27 %) et la formation des travailleurs (+ 4,87 %). La mise sous pression du marché du travail n’y est certainement pas étrangère. L’amélioration de la clarté du site web du Forem est également davantage demandée (+ 4,75 %). À l’inverse, il y a une diminution des demandes d’amélioration de l’attitude orienté client des conseillers (- 4,39 %), ainsi que de l’accessibilité de la ligne téléphonique pour les entreprises (- 3,01 %). On peut y voir une amélioration de l’expérience utilisateur pour les petites entreprises, ce qui est un bon point.

Pour UCM, le Forem doit être un service public de l’emploi au service des PME.

Les résultats obtenus dans notre dernier baromètre sont globalement bons et, surtout, s’améliorent. Il reste néanmoins un potentiel de progression. Il y a d’importants chantiers à continuer ou à démarrer rapidement. Ils guident l’attention d’UCM et constituent le fondement de nos demandes pour la prochaine législature wallonne (voir notre Mémorandum 2019 : 250 mesures pour changer la vie des entrepreneurs) en ce qui concerne le service public régional de l’emploi.

Par rapport au Forem, UCM demande au prochain Gouvernement wallon de réaliser les 6 priorités suivantes :

1. Positionner le Forem comme un service public au service prioritaire des PME qui veulent recruter un collaborateur ou des conseils sur les aides régionales à l’embauche et à la formation.

2. Maintenir la gratuité de tous les services proposés aux entreprises.

3. Bénéficier de conseils, au travers d’un conseiller-référent joignable et polyvalent, pouvant se déplacer en entreprise sur demande.

4. Présélectionner plus systématiquement des candidats pour les PME : maximum 6 CV, avec entretien préalable des candidats par un conseiller pour éviter « l’effet cachet ». Une aide à la sélection des candidats sur demande.

5. Développer une administration 4.0, avec une interface web intégrée pour l’entreprise, permettant notamment une gestion simple des offres d’emploi et un matching automatique avec la base de données des CV des demandeurs d’emploi, l’accès à un chatbot 24h/7j, la prise de RDV, la sollicitation de services complémentaires, la sollicitation directe d’aides et subsides, etc.

6. Mettre en place le suivi et l’évaluation des services de l’administration. UCM demande des indicateurs de satisfaction et de réalisation ventilés par secteur et surtout par taille d’entreprise, publiés chaque année dans le cadre d’un rapport annuel.

About David PISCICELLI

Conseiller au service d'études et spécialisé dans les matières sociales (emploi, formation et droit du travail), je défends les intérêts des entrepreneurs et PME dans ces domaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.